Tourisme

L'agence SUN Voyages développe en son sein un service touristique très performant dans le but de vous offrir le confort dû à votre personnalité.

SUN Tourisme vous offre donc plusieurs services :sassandra15

  • Accueil Aéroportuaire,
  • Reservation et émission de billets d'avion,
  • Réservation d'hôtels, de séjour,
  • Proposition, guidage et animation de circuit touritiques,
  • Organisation et animation de colonies de vacances,
  • Etc.

Offrez-vous donc les meilleurs circuits touristiques pour découvrir la Côte d'Ivoire et le reste du monde. Nos guides vous accompagnent partout en toute sécurité.

   Quelques circuits et espaces touristiques

San Pédro - Y vivre

Attractions touristiques
7187489237 c5f090c139 zSan Pedro et sa région, le Sud Ouest ivoirien, c'est le tourisme vrai. C'est le balnéaire le plus naturel et le plus attractif de la Côte Ouest Africaine.
Ce sont les sites balnéaires féeriques où le surnaturel le dispute au réel:
- Les plages de Monogaga à 30 km de San Pedro et de Taky 27 km où forêts luxuriantes aux innombrables espèces côtoient avec harmonie le sable fin et la mer sans barre.
- La Baie des Sirènes à Grand-Béréby sur l'axe San Pedro/Tabou à 50 km de San Pedro. Village hôtel de 5 étoiles naturellement implanté sur une baie à la vue imprenable.
- La baie de DAWA à 7 km de la baie des sirènes. Plage romantique à l'état brute où déguster les fruits de mer se fait sans modération.
- Les plages de Mani-Béréby, Tolou, Bliéron, Roc-Béréby, etc.


Le plan d'urbanisme de San Pedro dispose :
- des zones portuaires et industrielles ;
- plusieurs zones résidentielles ;
- une zone résidentielle et centre ville regroupant la plupart des services publics, commerces, banques, etc.
- de grandes réserves vertes.
Il existe, par ailleurs, une zone périphérique non urbanisée où vivent de nombreuses populations non stabilisées ou d'activités périurbaines. D'une manière générale, les terrains à San Pedro sont dominés par les collines et les marécages, constituant à la fois un obstacle et un élément majeur d'agrément.

La ville de San Pedro offre toutes les commodités d'une ville moderne:
télécommunications, eau, banques, infrastructures hôtelières, restaurants européens et africains où abondent poissons frais, fruits de mer et crustacés,en particulier les langoustes, les écrevisses, etc.

Monogaga, un Paradis terrestre

p02q9kybA l'instar des autres endroits touristiques disséminés à divers endroits du globe, la baie de Monogaga, demeure un lieu inconnu, sinon méconnu. Un foisonnement de verdures étalées sur un très large périmètre, côtoie une grande bleue, tantôt calme, tantôt houleuse, dont les vagues, infatigables et par moment presque muettes, viennent s'échouer sur une plage plus que sablonneuse. Les cocotiers dans un concert de sifflement sourd, ploient sans rompre, sous le poids du vent.

Ce site, situé à l'Ouest de la Côte d'Ivoire, un pays du grand ouest africain, avec ses nuits calmes, et ses villages paisibles, a découvert par des explorateurs espagnols, il y a sans doute 3 ou 4 siècles. La plus grande ville située à proximité se nomme San-Pedro.

Monogaga est une petite ville de Côte d'Ivoire, dans la région du Bas-Sassandra, célèbre pour sa plage magnifique, protégée de la barre et située sur la route côtière, à quarante kilomètres de San-Pédro. Elle est à proximité d'une forêt classée. Elle est parfois aussi appelée Gagan ou encore Ménogaga en langue Krou.
.
On appelle cet endroit, la demeure de l'ange. A première vue, ce qui nous frappe c'est l'alliage du vert et du bleu. L'océan atlantique et la forêt tropicale se font face pour le plus grand bonheur des touristes et visiteurs.

Monogaga est et demeure l’une des plus belles plages de notre planète au même titre que Saint Tropez, Bahia, Acapulco, Rio etc. Monogaga à ce petit coté exotique et sauvage qui fait tout son charme à bien des égards.
Il vous sera impossible d’oublier ses rivages avec son fin sable blanc et ce doux vent qui vous caresse le corps et vous laisse dans un état de rêve féerique. L’hospitalité légendaire et le sourire enthousiasme du peuple Kroumen contribue à perpétuer cette sensation unique de bien-être naturel.

Bondoukou : Motiamo - Un village de potières

 potiere-de-motiamoMotiamo, à 7 km de Bondoukou. C'est l'un des 3 villages dêga de Côte d'Ivoire. Toutes les femmes y sont potières. La poterie, activité génératrice de revenus pour le village. L'art potier, aussi ancien que la création de Motiamo. La chaîne opératoire est restée purement traditionnelle : pas d'évolution notable dans la forme. Les femmes produisent des vases de forme globulaire, qui servent à plusieurs usages.

Des décors assez simples. Généralement imprimés à l'épi de maïs égrené. Les écuelles sont d'un noir brillant, obtenu par enfumage dans l'herbe sèche ou fraîche, dès le retrait du feu et par immersion dans une décoction d'écorce d'anacardier. Quant aux vases, ils sont de couleur rouge ocre, due à l'engobage subi avant la cuisson.

L'une des particularités de la production de Motiamo, c'est la précuisson. Elle permet d'éviter l'éclatement des pots au feu. La cuisson elle-même se fait sur une surface dégagée, à l'écart des habitations. Ces poteries sont vendues le dimanche, jour du marché de Bondoukou, par les potières elles-mêmes. Ou des femmes qui viennent s'en procurer sur le site de production.

Les étapes de la cuisson
La cuisson passe par plusieurs étapes. D'abord, la précuisson sur un feu de braise allumé à l'emplacement de la cuisson. Un lit de branchages séchés est ensuite disposé à même le sol, sur lequel l'on renverse une première série de poteries. Sur celle-ci, on emboîte des poteries alignées verticalement. Tout cet ensemble, recouvert de branchages et d'herbes séchées, est maintenu par des pots cassés inutilisables disposés autour de l'édifice. Sur ce dispositif, on met le feu et on l'entretient en ajoutant régulièrement de l'herbe séchée. Lorsque le feu a pris, on laisse la cuisson se dérouler jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de flamme. Cela peut durer 2 heures.

Le pot cuit se reconnaît à son son cristallin. A l'aide d'une grande fourche, le pot est retiré du feu pour être plongé dans la paille allumée pour l'enfumage, puis dans une décoction pour la brillance. Après quoi, il est prêt à être vendu.

Ce type de cuisson, bien que précaire, permet d'atteindre des températures qui peuvent avoisiner 850°C (d'après des analyses de laboratoire effectuées sur des échantillons similaires). Il s'agit donc d'une excellente qualité de cuisson qui permet aux objets de résister aux chocs thermiques et mécaniques. Ce résultat est certainement dû au choix et à la disposition des bois et branchages pour la cuisson. Un savoir-faire « millénaire » qui mérite d'être préservé.

Monuments et sites historiques de Domobly

 domobly-villageConsidéré comme le village "gardien de l'héritage historique et culturel du canton Zaqué", Domobly dispose de nombreux monuments et sites historiques, dont les plus importants sont :

Djranhékoulakpô
Forêt sacrée dont l'adoration permet de laver toutes les malédictions et d'apporter le bonheur au village. Les sacrifices pour ce site obéissent à un rituel strict, obligeant tous ceux qui s'y rendent, hommes et femmes, vieux et jeunes, à se ranger à la queue leu leu, du plus âgé (e) au plus jeune. Ce site se trouve actuellement au sud du village de Domobly, en direction du Banco.

Kantro
Au cours des guerres intertribales du IXème siècle, BANHI ô Kanhan, l'un des plus valeureux combattants de Domobly, avait fait la promesse à ses pairs que lorsqu'il serait « fatigué de faire la guerre » du fait de son âge qui avançait, il se retirerait dans une grotte avec tous ses fétiches et, à partir de cette grotte, il continuerait à soutenir les combattants de Domobly. Chose promise, chose faite ! Un beau jour, BANHI ô Kanhan disparut du village. Après 8 jours de recherches, ses plus proches collaborateurs retrouvèrent ses attributs de guerre à l'entrée de la grotte qui porte aujourd'hui son nom. Périodiquement, revêtus de leurs attributs de guerre comme au temps de BANHI ô Kanhan, les ressortissants de Domobly se rendent à Kantro pour y puiser des forces nouvelles pour la bénédiction et le progrès du village. Le retour des « guerriers » du Kantro dans le village donne lieu à une démonstration de danses guerrières et à une fête populaire, avec des danses contemporaines à BANHI ô Kanhan. Ce site se trouve actuellement à l'est du village de Mona.

Srôhoun Séb
Domobly fait partie de la tribu Zangnin, appellation originelle du canton Zaké Blao. Cette tribu comprend deux sous-groupes, à savoir

Les « Souhin Zangnin », situés à l'ouest de Domobly, et comprenant les villages de Zouan, Nédrou et Glopaoudy
Les « Zangnin Péhê », situés à l'est de Domobly, et comprenant les villages de Domobly, Mona, Guiglo, Yaoudé, Goya et Gahably.
Valeureux et conquérants, les Zangnin se caractérisaient, dans les temps anciens, par le fait qu'ils délogeaient les tribus qu'ils avaient vaincues et s'installaient sur leurs terres. Pour se glorifier, les Zangnin se sont surnommés « Zatchê ô Ti », ce qui signifie « Ceux qui délogent des tribus et s'installent sur leurs terres ». C'est ce surnom qui, devenu populaire, est devenu « Zatchê ». C'est l'appellation officielle de la tribu Zangnin avec l'arrivée du colon et l'avènement des cantons. Cette tribu a été enregistrée par l'administration coloniale sous le nom de « Canton Zaqué ».

L'histoire raconte que la tribu Zangnin s'était tellement déplacée pour faire la guerre et conquérir de nouveaux territoires, qu'à un moment donné, elle s'est trouvée complètement éparpillée, à telle enseigne qu'il était devenu difficile, voire impossible de les regrouper dans un délai raisonnable, ne serait-ce que pour se défendre. C'est cet éparpillement des membres de la tribu qui a conduit l'ancêtre BEHE, originaire de Domobly, et deux de ses amis, à prendre la résolution de mettre tout en œuvre pour rassembler les Zangnin dispersés. Mais, au moment d'accomplir le sacrifice unificateur, ses amis se dérobèrent. L'ancêtre BEHE n'a pas reculé. Il a accompli le sacrifice. Et le regroupement des Zangnin se réalisa sur les terres situées autour du site du sacrifice. Une roche avait été transportée et posée sur le lieu sacré.

Aujourd'hui, plus de 300 ans après la réunification du canton, la roche a grandi pour devenir un impressionnant rocher. C'est le Srôhoun Séba.

Du fait de ce sacrifice, tous les ressortissants du canton Zaqué se reconnaissent depuis les temps anciens jusqu'à nos jours comme les petits enfants de BEHE. On dit souvent « Béhé ô Za ».

Srôhoun Séba se trouve à l'ouest du village de Yaoudé.

Circuit touristique Ile Boulay : 2 jours 1 nuit

Icon 01

A la découverte de l' Ile Boulay

Rassemblement à la cathédrale St Paul d'Abidjan Plateau.
Démarrage  en mini cars et Escale pour une visite d'au moins 20 à 30 minutes au Musée des civilisations d'Abidjan,un lieu cité parmi les attraits touristiques en cote d'ivoire pour voir ce qui reste de cet endroit après la crise d'avril 2012. puis direction à Azito village précisement " AZITO PALACE ,un cadre assez calme et reposant pour la traversée.
Embarquement sur un bateau pour Palace Hotel ,ile Boulay.
Installation et déjeuné après-midi, détente,diner,quartier libre et nuitée.
Petit déjeuné au reveil,marche sportive,visite guidée du site ,notamment la baie des milliadaires,le cimétière des bateaux,l'ile aux serpents...
Retour à l'hotel et Départ.

Grand-Bassam, Patrimoine Mondial de l' UNESCO

39407-g-bassam

Première capitale coloniale de Côte d’Ivoire, la ville de Grand-Bassam est un exemple urbain colonial de la fin du 19e siècle et de la première partie du 20e siècle. Elle suit une planification par quartiers spécialisés pour le commerce, l’administration, l’habitat européen et l’habitat autochtone. Le site comprend également le village de pêcheurs africain de N’Zima et des exemples d’architecture coloniale marquée par des maisons fonctionnelles dotées de galeries, de vérandas et de nombreux jardins. Grand-Bassam fut la capitale portuaire, économique et juridique de la Côte d’Ivoire ; elle témoigne des relations sociales complexes entre les Européens et les Africains puis du mouvement en faveur de l’indépendance. Il s’agit de la première ville commerçante, poumon économique du territoire des comptoirs français du golfe de Guinée qui a précédé la Côte d’Ivoire moderne qui lui a conféré une forte capacité d’attraction de populations venant de toutes les contrées de l’Afrique, de l’Europe et du Levant méditerranéen. La session du Comité du patrimoine mondial se poursuit jusqu’au 6 juillet.

I / LES SITES A VISITER

1 -  LES ARTISANS

- Le village artisanal de Grand Bassam.
Grand Bassam abrite le plus grand village artisanal d'Afrique avec plus de 3000 artisans. Vous pourrez chiner des souvenirs et voir le travail des artisans.
Attention les négociations font partie du jeu, mais soyez généreux, n'oubliez pas qu'un euro vaut 656 FCFA et que les artisans n'ont pas des clients tous les jours.

- Maison des Artistes Plasticiens de Grand-Bassam
Autre site touristique bien à découvrir, la Maison des Artistes Plasticiens de Grand-Bassam. Aujourd’hui Maison des artistes, ce bâtiment était autrefois un lieu de transit de marchandises. Dans ce lieu, nous découvrons (à l’intérieur dudit bâtiment), un ensemble d’œuvres revêtant les murs. Elles sont le fruit du travail soigné de plusieurs artistes.

2  - LES MAISONS COLONIALES

        Aussi avons-nous eu l’opportunité de découvrir la Mairie de Grand-Bassam, le Palais de justice, la Préfecture, le Musée national des costumes et l’ancien Palais de justice. Vieux de 118 ans, la Préfecture, ancien palais des gouverneurs et l’ancien palais de justice datent de 1893.

Juste après le pont, on aperçoit à gauche une longue file de manguiers en dessous desquels sont aménagés des sièges en béton auréolé de réverbères prédisposant cet espace à un cadre convivial d’échanges, de communion et de partage. Il est à noter avec insistance que ces manguiers ont plus de 100 ans d’existence. Ils sont témoins des différentes époques de cette ville.

II/  LES CENTRES DE DETENTES

        1  -  LES BELLES PLAGES D’AZURETY (GRAND – BASSAM)

         Toutefois, le moindre que puisse avoir un visiteur, et avec lequel il puisse garder en mémoire son passage à Bassam est la photographie de sa personne. Et oui, il y a aussi des chasseurs d’images qui vous font à tour de rôle, la cour. Par des paroles alléchantes et un marketing aisé, ils vous invitent à prendre des photographies. Pour certains, et la plupart, les prises de vue sont à 500 Frs / l’unité, pour d’autres à 400 Fr/ l’unité, et ce, après  négociations. Chacun y trouve son compte. Souvent, les clients demandent à prendre des photographies qui prennent en compte la mer qui s’étend à perte de vue, preuve de leur passage à Bassam. En fait, les prises de vue des clients sont fonctions de leurs sensibilités.

          Un fait reste néanmoins prédominant, celui de se baigner. Ils sont nombreux les baigneurs. De différentes catégories d’âge et de toutes catégories d’âges. Ces derniers ne boudent par le plaisir de se laisser caresser par les allées et venues des vagues. De toutes parts, on entend des cris, des rires, en somme, toutes les expressions de la bonne humeur.
18h 00, les solitaires de la plage se comptent du bout des doigts.

        2 - Le shopping au bord de la plage

            En ce qui concerne les produits non comestibles, on rencontre des vendeurs de statuettes, de vêtements, de jeux etc. il y a aussi des objets décoratifs et usuels tels des mâles et des sables savamment décorés. Ce qu’il faut retenir, est qu’il ne faut pas venir à la plage sans avoir suffisamment d’argent. Le revers d’un tel choix serait le regret de n’avoir pu retourner avec une marchandise bon marché désirée.

III/ LES DIFFERENTS HOTELS D’ACCUEILS

1 -  HOTEL DE FRANCE
Au PLEIN cœur du quartier de France de Grand Bassam l’Hôtel de France est une merveille pour  toutes vos évasions, Il vous offre un Magnifique cadre avec :
-    Hospitalité et tranquillité
-    Une cuisine riche en saveurs africaines et européennes

2 - N'SA HOTEL
Idéalement situé dans le nouveau Quartier Résidentiel de Grand Bassam, à quelques encablures de l'Aéroport Internationale Félix Houphouët Boigny (environs 15minutes), du VITIB, de la Voie Internationale menant à plus de trois pays de l'Afrique de l'ouest dont le Ghana (Route de Bonoua) et de l'Océan Atlantique, Nsa Hôtel se positionne comme l'hôtel de référence pour la tenue de séminaires et séjours touristiques. Plus qu'un espace de convivialité Nsa Hôtel est une véritable " Cité de Rencontre «L’hôtel  dispose de 104 chambres, de restauration et  de 5 salles de conférences.
et des chambres spéciales à découvrir car uniques


IV /    CONCLUSION

La ville de grand- Bassam reste un port important jusque dans les années 1930, avant de passer le relais à Abidjan, alors en plein essor.
La ville de Grand-Bassam a accueilli dès 1893 le centre de télégraphie sous-marine reliant le "territoire de la Côte d'Ivoire" à Conakry, "territoire de Guinée" d'une part, et à Cotonou, "territoire du Dahomey" qui était la seule liaison ouverte sur l'extérieur, de l'autre. La station de câbles sous-marins, aussi dénommée la « maison aux mille pieds », était située après la sortie du pont qui traversait la lagune, à gauche le long de la lagune et deuxième rue sur la droite, et faisait face à une école de sœurs. C'est dans la station de câbles, construite à l'origine par les Allemands, que se serait déroulée la première messe. Cette « maison des câbles », d'une superficie de 400 m2, comportait un rez-de-chaussée surélevé où se trouvaient les services d'exploitation et un étage où logeaient le chef de centre et sa famille. Le bureau de la poste y a été installé en 1945.

La ville est inscrite le 1er juillet 2012 au Patrimoine mondial de l'UNESCO.

Photos du circuit...








Yamoussoukro, Côte d' Ivoire

71435-ivory-coast-yamoussoukro-notre-dame-de-la-paix-098ALA00123-1-Yamoussoukro est la capitale politique et administrative de la Côte D’Ivoire depuis 1983. C’est aussi le haut lieu de la foi chrétienne et du
tourisme ivoirien.
SUN voyages & Tourisme vous offre une occasion de découvrir la splendeur de cette capitale et de revivre pour certains des moments inoubliables de leur vie sociale, professionnelle, spirituelle ou estudiantine!!!


JOUR : 1  ABIDJAN – YAMOUSSOUKRO VIA DABOU

07h00 : Départ de l'agence (lieu de rassemblement ) pour Yamoussoukro.

12h00 :  Arrivée à Yamoussoukro,installation à l'hôtel,puis déjeuner.Après-midi,visite de la ville : Grandes Ecoles Techniques et Professionnelles(INPHB,ENSTP,ENSEA...),la Basilique notre Dame de la Paix,la Fondation Houphouet Boigny pour la recherche de la paix,le lac aux crocodiles sacrés.
Retour à l'hôtel, puis dîner dans un maquis. Nuitée à l'hôtel.

JOUR : 2 YAMOUSSOUKRO - ABIDJAN 

Petit déjeuner à l'hôtel,puis messe à la basilique Notre Dame de la paix pour ceux qui le désirent ou excursion à Gbomizambo à la découverte de tisserands traditionnels. Retour à Yamoussoukro...
 
Déjeuner dans un maquis .

15h00 : Départ pour Abidjan ou l'arrivée est prévue à 18h00.

Les prix comprennent :
• Le véhicule
• Le carburant
• Le chauffeur
• Le guide
  Le séjour en ½ pension à l'hôtel de votre choix du samedi au Dimanche,les trois repas pris dans un maquis ,les visites ,les taxes.
(Ne sont pas compris les boissons,les pourboires,les frais à caractères personnel.)


NB : Pour les tarifs,  consulter votre Agence de voyage.

Photos du circuit




Les sites touristiques d' Italie

77499-vatican
La magnifique cathédrale du XIIe siècle de Modène, œuvre de deux grands artistes, Lanfranco et Wiligelmo, est un exemple suprême des débuts de l'art roman. Avec la place et la tour élancée qui lui sont associées, elle témoigne de la force de la foi de ses constructeurs et du pouvoir de la dynastie des Canossa, ses commanditaires.

aeria
sun-services-facebook