Circuits touristiques

De part sa position géographique, la Côte d’Ivoire représente une synthèse de forêt et savane, avec une diversité ethnique qui se traduit à travers une grande variété de folklore, d’artisanat et de religion. La disponibilité d’éléments de valeur sur le territoire ivoirien, offre un ensemble de circuits diversifiés et complémentaires, qui font les multitudes facettes de la mosaïque culturelle ivoirienne.

- Le circuit des danses traditionnelles : Gagnoa, Daloa, Bouaflé, danses Dida et Bété, le Sabré à Issia

- Le circuit Poro : Korhogo, Boundiali, Ferké, Kong, Katiola

-  Le circuit des masques : Daloa, Man, Odienné, Boundiali, Korhogo, Bouaké la fête des masques à Guiglo, Danané.


- Les vieux villages de Biankouma et Gouesso, Bouaflé (la sortie des masques Zaouli).

Le pays Baoulé :
Au pied du mont Rombo-boka, subsistent encore les puits d’où venaient l’or qui a permis la prospérité des Baoulé et favorisé l’essor d’un artisanat très raffiné : batik, poids Akan, statuettes de fécondité et masques en bois sculptés, bijoux en or.
Yamoussoukro, village natal du Président Houphouet Boigny est un pari architectural d’avant garde : marbre rose de l’hôtel Président qui domine l’un des plus beaux parcours de golf du monde; grandes écoles aux lignes futuristes.
La basilique notre Dame de la paix, superbe à couper le souffle, est une première mondiale par les technologies utilisées, ses immenses vitraux à l’ancienne. Notre Dame de la paix est un haut lieu de foi et du tourisme ivoirien.

Le pays Sénoufo
C’est la région de l’harmonie réglée par le Poro. Hors de l’enceinte du bois sacré, c’est l’apparition de masques extraordinaires, effrayants ou facétieux toujours insolites, accompagnés du son mélodieux des balafons.
Mondialement renommé, l’artisanat Sénoufo est riche de ses toiles peintes de Korhogo, de ses masques polychromes et de ses poteries.


Le pays Yacouba
Man - Touba - Man - Abidjan
A l’Ouest, dans la douceur du climat montagneux, c’est le pays des Yacouba ou Dan.
Man, la ville des 18 montagnes repose dans un écrin de verdure et de cascades, avec ses fabuleux ponts de lianes dont la réalisation reste encore inexpliquée. On trouve la fascinante secte du Gor avec ses grands initiés qui ont le pouvoir de se rendre invisibles ou de se métamorphoser en léopards, les hommes masqués qui virevoltent sur d’immenses échasses. Les fillettes parées de cauris qui s’élancent gracieusement sur des poignards tendus par des danseurs...
Pagnes tissés, vanneries, sculptures sur bois, masques Dan, pour collectionneurs avertis, sont les principales productions artisanales du pays Yacouba.

Le royaume Agni
Abengourou, Zaranou (première capitale du royaume Agni), Tanguelan (découverte de l’école de féticheuses la plus renommée du royaume Agni), vous vous régalerez d’une danse des initiés. Les artisans Agni réalisent les tapisseries stylisées (Abengourou), des statuettes, des pagnes richement tissés.


A la découverte de la Côte d’Ivoire
Pays du cacao et du café, la Côte d'Ivoire obtient son indépendance en 1960. Cette ancienne colonie française rassemble des paysages distincts : savane arborescente au Nord, forêt tropicale au sud avec des côtes bordée de plages sur le golfe de Guinée. Les parcs nationaux préservent sa flore et sa faune varié : éléphants, hippopotames... Soixante ethnies différentes constituent la population ivoirienne. Un très beau mélange culturel en résulte même si, malheureusement, depuis 1995 la situation politique n'en finit pas de se dégrader.
Côte d'Ivoire : découvrez l'histoire du pays
 Dates Historiques
XVe siècle : les Portugais débarquent en Côte d'Ivoire. Ils débutent la traite des esclaves, poursuivie par les Français aux XVIIe et XVIIIe siècles. La traite sera interdite en 1848. Des migrants mandés venus du Mali commencent à s'installer.
Fin du XVIIe siècle : de nombreux Akan du Ghana migrent en Côte d'Ivoire pour rechercher de l'or. Ils seront suivis par les Baoulé.
1843 : Amon N'Douffou II, souverain du Sanwi, le plus puissant royaume, signe un traité de protectorat avec la France.
1861 : Bossuet baptise un jeune prince assinien, Aniaba, qui sera le premier officier de couleur à servir dans l'armée française.
XVIIIe siècle : la France obtient le monopole du commerce de l'or, de l'ivoire et du caoutchouc.
Fin XIXe : l'explorateur français Louis Binger, Parti du Sénégal, parcourt 4 000 km et rejoint Grand-Bassam qui devient, en 1893, la capitale de la colonie.
1902 : la Côte d'Ivoire intègre l'AOF (Afrique-occidentale française) dont le gouverneur réside à Dakar.
1932 : Félix Houphouët-Boigny, jeune médecin formé à Dakar, prend la défense des planteurs de cacao.
1934 : Abidjan devient la nouvelle capitale.
1945 : Houphouët-Boigny est élu député de la Côte d'Ivoire. L'année suivante, il obtient l'abolition du travail forcé dans les colonies françaises.
En 1959 : il devient Premier ministre de la Côte d'Ivoire et mène le pays à l'indépendance, le 7 Août 1960. Dans la foulée, il est élu à la présidence de la République. D'importants travaux de développement sont lancés et, dans les années 70, la Côte d'Ivoire connaît une très forte croissance économique.
1983 : Yamoussoukro, ville natale d'Houphouët-Boigny, devient la capitale. Il y fait construire la plus grande basilique du monde qui sera inaugurée par le pape Jean-Paul II.
De 1982 à 1990 : le pays traverse une grave crise économique due à la sécheresse et de la chute des cours du café et du cacao.
1990 : un plan d'austérité est lancé. Manifestations à Abidjan. Le multipartisme est proclamé et Houphouët-Boigny est réelu pour la 7e fois à la présidence avec plus de 80 % des suffrages.
7 décembre 1993 : Houphouët-Boigny décède. Henri Konan Bedié lui succède à la tête de l'Etat.
Décembre 1999 : une mutinerie de soldats se transforme en coup d'Etat. Le général Robert Guei prend le pouvoir, destitue le président, dissout l'Assemblée nationale et instaure un Comité national de salut public (CNSP)
Octobre 2000 : le général Gueï est chassé par un soulèvement populaire après avoir refusé sa défaite à la présidentielle. Vainqueur du scrutin, Laurent Gbagbo devient chef de l'Etat.
Avril 2007 : composition d'un nouveau gouvernement de réconciliation nationale.

Côte d'Ivoire : découvrez la culture et les traditions du pays Tradition & Coutumes

La Côte d'Ivoire regroupe une soixantaine d'ethnies (Malinké, Sénoufo, Lobi, Dan, Krou, Baoulé, Akan...) qui toutes possèdent de riches coutumes et de multiples rites initiatiques. Sur le plan artistique, ces ethnies, en particulier les Dan et Baoulé, ont produit des masques et statues d'une rare beauté, qui figurent aujourd'hui parmi les œuvres les plus cotées du marché de l'art africain. Hormis les Malinké et les Dioula, convertis à l'islam, la plupart sont animistes, c'est-à-dire vénèrent un dieu unique présent dans l'ensemble de l'univers, mais de façon diffuse. Aussi les cultes s'appuient sur une série d'intermédiaires plus concrets, génies, ancêtres, dieux secondaires, pour en capter les influences bénéfiques et pour écarter les puissances du mal. Il faut assister à des cérémonies initiatiques et fêtes rituelles, ponctuées de danses au son des tams-tams, flûtes, balafons et calebasses, comme par exemple les rites du Pôros chez les Sénoufo ou la danse des Echassiers en pays Yacouba. Les fêtes traditionnelles peuvent être liées aux récoltes (fête des ignames), à l'initiation d'une classe d'âge, à l'occasion de funérailles, etc. Chaque ethnie possède ses propres traditions, et par conséquent ses fêtes, dont le calendrier est assez variable. En matière de coutumes, les villages de la brousse obéissent à une organisation sociale très stricte. Chaque individu trouve sa place dans une série de liens familiaux et esprit de clan. A l'intérieur de ces cellules, la solidarité entre les membres, la soumission au chef et le respect des tabous sont des règles absolues. Aussi le visiteur ne rentre pas dans un village, et encore moins dans une maison, sans y avoir été invité par le chef du village avec lequel il aura pris contact au préalable, de préférence par l'intermédiaire d'un guide.
 Pour lire, voir, écouter

guide - Afrique Noire, Guide du Routard.
- La Côte d'Ivoire, Karthala.
- La Côte d'Ivoire aujourd'hui, éditions du Jaguar.
- Cartes Michelin de l'Afrique (Nord et Ouest) et de la Côte d'Ivoire.
livres - "L'Etrange destin de Wangrin ou Kaydara", d'Amadou Hampâté Bâ (Seuil).
- "Le Sacré et le Profane", de Mircéa Eliade (Gallimard).
- "Les Religions d'Afrique noire", de Louis-Vincent Thomas (Stock).
- "La Civilisation quotidienne en Côte d'Ivoire", d'Abdou Touré (Karthala).
films - "Bal Poussière" de Henri Duparc (1988)
musique - "Musiques des Wè " (Harmonia Mundi).
- "Masques dans" (Harmonia Mundi).
- "Musique vocale baoulée" (Auvidis).
- "The best of", d'Alpha Blondy (Emi).


Côte d'Ivoire : informez-vous sur les fêtes et les manifestations du pays Fêtes et manifestations

1er janvier : Nouvel an.
Janvier : Fête du Mouton.
Avril : Anniversaire du Prophète - Pâques.
1er mai : Fête du travail.
Mai : Ascension - Pencôte.
7 août : Fête de l'Indépendance.
15 août : Assomption.
1er novembre: Toussaint.
15 novembre : Jour de la Paix.
7 décembre : anniversaire de la mort de Félix Houphouët Boigny.
25 décembre : Noël.
31 décembre : Fête du Mouton.


Côte d'Ivoire : informez-vous sur le climat
Climat & Saisons

Dans le sud du pays, le long de la région côtière, climat équatorial : températures de 29 à 32 °C, humidité de 80 à 90 %, pluies abondantes. Il y a quatre saisons : saison des grandes pluies, de mai à juillet ; petite saison des pluies, en octobre et novembre ; dans l'intervalle, deux saisons sèches (de décembre à fin avril et de mi-juillet à fin septembre).
Dans le centre et le centre-nord (zone de forêts et partie méridionale des savanes), climat tropical humide : températures de 27 à 29 °C, humidité 70 %, pluies abondantes. On distingue aussi quatre saisons : saison des grandes pluies, de mi-juillet à mi-octobre ; petite saison des pluies, de mi-mars à mi-mai ; dans l'intervalle, deux saisons sèches (de novembre à mi-mars et de mai à mi-juillet).
Dans le nord de la zone des savanes : climat de type soudanais, avec deux saisons : saison des pluies, de juillet à novembre ; saison sèche, de décembre à juin.
En conclusion, la période la plus agréable pour un séjour se situe durant la saison sèche, de décembre à mars.

Côte d'Ivoire : découvrez la cuisine typique
Gastronomie

Les Ivoiriens sont réputés être de fins gourmets. Parmi les plats nationaux, le plus connu est le foutou, une pâte à base d'igname, de banane plantain et de manioc, arrosée de diverses sauces à l'arachide ou à l'huile de palme dans lesquelles on cuit soit de la viande soit du poisson. L'attiéké est une sorte de couscous de manioc, qui se déguste également avec des sauces au poisson ou à la viande. Mais la plupart du temps, on vous proposera en plat principal du poulet braisé (copieux) ou du kédjénou, poulet cuit à l'étouffée avec des légumes et accompagné de riz. Dans l'intérieur des terres, on cuisine volontiers le cabri, le phacochère et l'agouti, grillés ou en ragoûts. Les arbres de la savane, comme le néré et le karité, donnent des fruits très utilisés. De la gousse du néré, on tire un condiment, le soumbala. De manière générale, la cuisine ivoirienne est très épicée, un peu moins pimentée dans les restaurants d'Abidjan, pour plaire aux palais occidentaux. La langouste, outrageusement exploitée par les restaurateurs au cours des récentes années, se fait aujourd'hui plus rare, et son prix a largement augmenté. A Abidjan et dans la plupart des villes, on peut manger à des prix imbattables dans de multiples gargotes de cuisine familiale, les "maquis par terre", la plupart tenues par des femmes. Gare, néanmoins, à la fraîcheur des plats proposés. Il existe aussi des gargotes de qualité supérieure, les "maquis-ministres", qui sont parfois de pures merveilles. Rayon boissons, on goûtera le bandji, un vin de brousse extrait de la sève du palmier, qu'on avale d'un trait dans une petite calebasse, ou encore le dolo, une bière extraite de mil ou de sorgho.
Côte d'Ivoire : souvenirs et artisanat typique
Shopping

Les tissus et pagnes dont les Ivoiriennes tirent leurs élégantes toilettes, aux couleurs vives et bigarrées, se chinent chez les tailleurs du marché de Treichville ou chez les Libanais de la rue du Commerce à Abidjan, ainsi que sur les marchés de Bouaké (pagnes et couvertures baoulés) et de Man (tissus batiks). En pays Sénoufo, les toiles tissées, puis peintes de Korhogo, sont très réputées. On pourra également dénicher de belles vanneries, des poteries, de la maroquinerie et des instruments de musique. Les bijoux, bracelets et pendentifs en or, en argent ou en bronze sont assez bon marché. Les masques et statuettes sont séduisants, mais il s'agit de pièces artisanales conçues pour les touristes et non de véritables objets rituels. Connaissant l'attrait des Occidentaux pour l'art africain, les artisans ivoiriens sont passés maîtres dans l'art de produire de faux habillements vieillis. Les objets en ivoire sont la plupart du temps en os et, en tout état de cause, l'importation d'ivoire est interdite en Europe. Enfin, le marchandage s'impose dans toutes les transactions, avec patience et humour. La plupart des commerces sont ouverts de 9 h à 12 h et de 15 h à 18 h, mais ils ferment souvent le samedi après-midi et le dimanche.

aeria
sun-services-facebook